RPGers 2015

RPGers 2015

Dans la famille « convention de jeu de rôles à perpette », je voudrais RPGers. J’en avais beaucoup entendu parler, comme une des conventions françaises à ne pas rater, mais en y regardant de plus près, les étoiles étaient moyennement propices, principalement pour cause d’éloignement.

En effet, la convention est sise dans le village de Plaisance du Gers, un village de 1 500 habitants entre Auch et Pau. Au demeurant charmant, l’endroit semble tellement peu accessible aux transports en commun que même l’arrêt de car le plus proche est à six kilomètres.

Qu’à cela ne tienne: si je peux aller à des conventions en Belgique, je peux aller à une convention dans la Sud-Ouest. Donc, TGV jusqu’à Toulouse via Lyon, puis co-voiturage très sympathique, et enfin une chambre d’hôte pour deux jours. Une affaire qui roule.

L’emplacement est assez étonnant: RPGers occupe, en plein centre du village, une salle de sport, une salle polyvalente et… tout le pourtour de l’église. Amis joueurs de INS/MV, bonsoir! On espère juste que l’endroit n’était pas un cimetière, sinon on pourrait ricaner sur la convention construite sur un cimetière indien.

On joue donc en plein air: les joueurs de GN, bien sûr – histoire que leurs feux de camps n’incendient pas les infrastructures locales – mais aussi les tables de jeu de rôles, sous auvent, occupent la pelouse autour de l’église, éclairées par des guirlandes lumineuses le soir. Et la nuit, parce qu’on joue non-stop.

Les éditeurs ont eux aussi droit à leur tente; comme il y en a beaucoup, on y est un peu serré et les places d’exposition sont chères (façon de parler: c’est gratuit, mais on est beaucoup), mais c’est convivial. Il y a même du wifi, c’est dire! À la buvette, il y a de la bière, des sandwichs chauds et froids, mais également des crêpes et galettes bretonnes.

Dans les deux autres salles, on trouve du jeu de plateau (un peu), des jeux de cartes à collectionner, des jeux à figurines (beaucoup), mais également des jeux vidéos old-skool, du airsoft et même un espace détente avec fauteuils et bandes dessinées en accès libre.

Pour ma part, j’avais prévu de jouer à Tigres Volants. Beaucoup. Je n’ai pas été déçu: quatre parties annoncées, toutes pleines avec cinq voire six joueurs; jouer avec six joueurs, c’est pas toujours évident, surtout quand ils sont bien chaud-bouillants. Après, les tables à quatre joueuses, c’est pas toujours évident non plus.

Le vendredi et le samedi, j’ai fait jouer mon habituel scénario, Station de bouts. C’est un peu le scénario idéal pour une convention: il se joue raisonnablement vite et n’a pas vraiment besoin d’un intrigue complexe pour que les personnages fassent des bêtises.

Témoin le premier groupe, celui du vendredi, qui a tellement magouillé que je n’ai même pas eu besoin d’arriver au changement d’allégeance de la station: trois heures et demie de pur délire, qui culminent avec le pilote qui perd le vaisseau au mah-jong contre un officier de Singapore.

Le samedi, j’ai eu d’abord droit à un groupe à quatre joueuses sur cinq, puis, le soir, une table de six joueurs guère plus calmes. Parmi les points forts, une équipe qui a commencé par claquer un tiers des crédits pour la réparation du vaisseau en « services à la personne » dans les thermes, l’arrestation d’une partie de l’équipage pour terrorisme, suite à une malencontreuse commande d’antimatière, et l’accentuation d’un conflit clanique pour gagner des places dans la liste d’attente des réparations. Et je ne vous parle pas du duo Karlan-Talvarid en karaoke.

J’avais prévu une quatrième partie le samedi dimanche sur le même scénario, mais je n’avais pas prévu que la convention se terminerait à 17 h; j’ai donc dû changer à la dernière minute pour Métro, vaisseau, persos, le scénario « bande-annonce » de Tigres Volants lite. En général, il se boucle en deux heures et là, ce fut même encore plus rapide: une heure et demie, sans trop forcer.

Ces parties en rafale m’ont permis de permis de prendre quelques notes pour améliorer encore le système: en posant qu’un jeton donne un +3 à n’importe quel jet de dés, mais +6 en activant un trait, par exemple. J’ai aussi pu constater qu’il va vraiment falloir que je réfléchisse sérieusement à la gestion du matériel et des ressources, mais aussi peut-être que je revoie la liste des compétences, pour mieux coller au style du jeu.

La météo a été raisonnablement clémente, somme toute: nous avons certes eu droit à de grosses pluies, mais elles ne sont tombées que le dimanche dans la nuit et dans la matinée (et une petite ondée orageuse le samedi après-midi). Ça aurait pu être pire et ça changeait après le gros cagnard de vendredi.

Bref, RPGers, c’était très sympa. Un peu loin et pas super-facile d’accès, mais ça m’a permis de croiser pas mal de rôlistes du Sud-Ouest que j’ai rarement l’occasion de croiser en temps normal. Dont quelques fans de Tigres Volants – des vrais, des durs qui me prennent en photo en disant « mes potes vont trop être jaloux ». Quelque part, ça me fait un peu peur.

Mais je reviendrai sans doute à RPGers. C’est juste une question d’organisation.

Mes photos sont en ligne, sous licence Creative Commons, sur Flickr.

Alias

Stéphane “Alias” Gallay, graphiste de profession, quinqua rôliste, amateur de rock progressif, geek autoproclamé et résident genevois, donc grande gueule. On vous aura prévenu.

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Fabien dit :

    Merci pour ce commentaire Alias 🙂 Très objectif.
    Je ferai 2 corrections :
    _ « Les éditeurs […] les places d’exposition sont chères » Nous avions été très surpris par le nombre d’auteurs souhaitant un stand. Leurs places étaient bien gratuites mais ils n’ont pas eu autant de surface qu’ils auraient voulu, c’est certain, il faut partager 🙂 Notre priorité reste le jeu (prêt de 150 parties durant ce weekend).
    _ « le samedi […] la convention se terminerait à 17 h ». Tu veux dire « le dimanche ». En réalité cela se termine à 18h mais il est vrai que la plupart des joueurs et MJ souhaitent assister à la remise des prix qui a lieu à 17h, oui 🙂

    • Alias dit :

      Hello et merci pour ce retour, bienvenue sur ce blog!

      L’expression « les places sont chères » n’était pas très heureuse, en effet; je voulais dire qu’il n’y en avait pas beaucoup.

      Quant au « samedi » oui, c’est bien du dimanche dont je voulais parler. Je vais corriger.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

%d bloggers like this: