La Horde 2017

La Horde 2017

Or donc, ce week-end, j’étais encore en convention, à La Horde. La Horde, c’est la convention du coin de la rue. Bon, pas tout à fait, mais elle est à environ trente minutes de chez moi à pieds, ce qui change pas mal des bleds exotiques accessibles avec douze correspondances et des moyens de transport exotiques.

Organisée par l’association éponyme et néanmoins genevoise, elle occupe, depuis plusieurs années et pendant une grosse journée, la salle communale du Grand-Lancy, dans la proche banlieue de Genève. Comme toujours, beaucoup de jeux de plateau, grâce à la présence de l’équipe Joca.

À la vingtaine de tables de jeux de plateau et de jeu de rôle – qui avaient droit à une salle à part – s’était ajouté cette année un gros tournoi du jeu de figurines Star Wars avec une bonne trentaine de participants. En plus du désormais classique tournoi Krosmaster Arena. Du coup, quand j’y ai débarqué, en début d’après-midi, j’ai eu l’impression d’une foule plus importante qu’à l’accoutumée.

Bon, je suis arrivé pour repartir presque tout de suite, pour cause d’ordinateur oublié. L’avantage d’une convention près de chez soi, c’est que ce genre de fumble ne se traduit pas par une annulation honteuse de la partie, tout au plus un petit retard de quinze minutes.

Bien évidemment, j’avais programmé une partie de Freaks’ Squeele – deux, en fait, mais celle du soir n’a pas reçu d’écho – et j’ai pu donc tester les derniers développements du jeu, à savoir le « dossier de candidature ». La feuille de personnage, quoi.

Note pour plus tard: éviter l’abréviation « FDP » pour « feuille de personnage ».

Bonne nouvelle: ça tourne toujours bien. Les joueurs ont bien compris la mécanique de résolution des actions en deux temps, qui permet de faire de la planification tactique et de la gestion de ressources, tout en gardant la main sur le côté narratif et décalé du contexte. Avec suffisamment de mauvaise foi, même des personnages avec des pouvoirs absurdes peuvent avoir un impact conséquent sur les actions et c’est ça qui est fun.

Comme d’habitude, la convention a été l’occasion de recroiser les potes joueurs de la région – et quelques autres qui étaient venus d’un peu plus loin. Un des piliers, empêché pour cette occasion, avait même laissé quelques bières de très bonne tenue à mon attention, ce qui fait toujours plaisir.

La Horde est une convention cool et très locale, mais où je ne reste jamais très longtemps; allez savoir pourquoi. Bon, cette fois-ci, ce n’était pas vraiment de ma faute, mais ce n’est pas grave: je reviendrai quand même.

J’ai mis en ligne une petite sélection de photos sur Flickr, comme toujours sous licence Creative Commons.

Alias

Stéphane “Alias” Gallay, graphiste de profession, quinqua rôliste, amateur de rock progressif, geek autoproclamé et résident genevois, donc grande gueule. On vous aura prévenu.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

%d bloggers like this: