Jeu de rôle en Afrique: Project Butterfly

Récemment, je suis tombé sur un lien vers un article du blog de Paizo, éditeur de la gamme de jeu de rôle Pathfinder, qui parlait d’un projet d’utilisation du jeu de rôle pour l’éducation de jeunes en Ouganda: le Projet Butterfly.

J’avoue: l’Afrique exerce sur moi une certaine fascination et le jeu de rôle, une fascination certaine. Même si je suis un noob dans le premier domaine, je me suis toujours demandé comment la pratique du jeu de rôle pouvait y être apporté. L’article apporte des éléments de réponses à cette question.

Plusieurs choses sont à noter: la première, la plus évidente, est qu’il s’agit d’une importation occidentale: le jeu a été apporté par un coopérateur que je suppose être américain ou anglais (l’ONG pour laquelle il travaille est basée au Royaume-uni). Il note néanmoins que des idées similaires semblent apparaître dans des quartiers défavorisés au Nigeria.

La deuxième, c’est que le jeu choisi, Pathfinder, n’est pas exactement le bidule qui me semble le plus accessible pour des non-rôlistes, mais que les jeunes joueurs accrochent assez facilement au truc. On note au passage que Paizo n’a pas hésité à soutenir le projet.

Enfin, ce qui est impressionnant, c’est du lire que le projet compte à l’heure actuelle déjà cinq groupes est une trentaine de joueurs, dont un nombre non négligeable de joueuses. Ce qui est d’autant plus impressionnant quand on comprend que l’anglais est, pour ces joueurs et joueuses, un deuxième voire troisième langage.

Si vous lisez l’anglais, je vous conseille de jeter un œil à cet article; il est fascinant de voir le jeu de rôles être utilisé dans un contexte qui n’est pas celui d’une bande de p’tits blancs dans un environnement urbain euro-américain.

En plus, j’espère que ça pourrait donner des idées à ceux d’entre vous qui aimeraient se lancer dans un travail de coopération, ici ou ailleurs. Une preuve supplémentaire de que le jeu de rôles peut avoir un impact positif.

Vous pouvez faire un don à l’association sur JustGiving, en mentionnant « RPG Developments ».

Note: je viens de découvrir que mon compatriote Sanne Stijve avait écrit un article sur ce même sujet dans le dernier numéro en date de Di6dent (le 12), ce qui rend ce billet quelque peu caduc. La bonne nouvelle, c’est que les non-anglophones pourront y trouver bien plus d’éléments.

(Photo: The Chrysalis Youth Empowerment Network – Uganda, reproduit avec permission.)

Alias

Stéphane “Alias” Gallay, graphiste de profession, quinqua rôliste, amateur de rock progressif, geek autoproclamé et résident genevois, donc grande gueule. On vous aura prévenu.

Vous aimerez aussi...

5 réponses

  1. yoda dit :

    C’est un projet intéressant. Par contre c’est un peu dommage je pense d’utiliser un jeu de rôle d’une culture si européenne.
    Article récent signé yoda: Les rôlistes sont-ils de grands enfants ?My Profile

    • Alias dit :

      Oui, tout à fait, mais il faut bien commencer quelque part. Qui sait, dans quelques années, on verra peut-être apparaître des jeux issus de la culture africaine.

  2. Scathach dit :

    Merci pour l’article (oui, je sais, il commence à dater ^^). Mon mari et moi, on se pose justement la question depuis 2 ans, de savoir si on pourrait proposer du JDR en Afrique à but « humanitaire » (au sens très large du terme).

    • Alias dit :

      Hello et bienvenue!

      Il me semble que « Project Butterfly » est toujours actif. Il faudrait voir avec eux. À mon avis, ça pourrait être intéressant en complément d’un projet éducatif.

  1. 15/05/2015

    […] Article original sur Jeu de rôle en Afrique: Project Butterfly – Blog à part, troisième époque […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

%d bloggers like this: