Catégorie: Musique

C’est peut-être un peu exagéré: j’y parle de métal – mais aussi de rock progressif, de post-rock et de plein d’autres genres entre les deux, à côté, dans les parages ou complètement à l’ouest.

Leprous: The Congregation 0

Leprous: The Congregation

Même si j’arrive quelque peu après la bataille – à savoir leur album Bilateral – je ne me lasse pas de Leprous et de son métal progressif atypique. Cela dit, l’écoute de The Congregation après celle de Coal me laisse comme un goût trompeur de trop peu. C’est un peu frustrant.

The Gentle Storm: The Diary 2

The Gentle Storm: The Diary

Derrière l’album The Diary et le projet The Gentle Storm se cachent deux noms plutôt connus dans le petit monde du rock progressif: la chanteuse Anneke van Giersbergen et le compositeur Anthony Arjen Lucassen. Le résultat final est un album décliné en deux disques: un « gentle » folk et acoustique et un « storm » plus métal et symphonique.

Mehdi Alouane: The Sound of the Incurable Disease 21

Mehdi Alouane: The Sound of the Incurable Disease

L’album de Mehdi Alouane, The Sound of the Incurable Disease, se mérite: pas question de faire son millennial et de le commander en numérique sur une plateforme en ligne! Non, il faut passer dans une boutique qui l’a en stock ou le commander directement à l’auteur. L’élite!

 

Chaos Divine: Colliding Skies 0

Chaos Divine: Colliding Skies

Il y a quatre ans, le groupe australien Chaos Divine m’avait marqué par son approche du métal progressif résolument énergétique et originale (= pas un clone de Dream Theater). Le voici qui revient avec Colliding Skies, un nouvel album qui aurait dû concrétiser la bonne impression initiale, sauf que non.

THEO: The Game of Ouroboros 0

THEO: The Game of Ouroboros

Quand on pense au rock progressif et plus particulièrement au néo-prog, le Michigan n’est pas forcément la région à laquelle on pense en premier. C’est pourtant de Lansing, dans cet État américain, que vient Jim Alfredson, le claviériste derrière The Game of Ouroboros, ce premier album de THEO.

Kontinuum: Kyrr 0

Kontinuum: Kyrr

Kyrr, album du groupe islandais Kontinuum me rappelle The Sisters of Mercy. Pour un album chroniqué par Angry Metal Guy, ça fait un peu bizarre. Mais, en même temps, j’ai l’impression que les vieux groupes goths des années huitantes sont à la mode chez certains métaleux: Sólstafir et son amour des Fields of the Nephilim ou Moonspell, dans ses derniers albums.

Kamelot: Haven 0

Kamelot: Haven

Il n’y a pas si longtemps, je parlais d’un groupe allemand qui était capable d’aligner des albums impressionnants, avec une forte charge émotionnelle, mais avec une tendance à utiliser toujours la même recette. Eh bien Haven, le dernier album de Kamelot, c’est pareil, mais en américain avec du métal symphonique.

Sylvan: Home 0

Sylvan: Home

Sylvan fait partie de ces groupes qui sont constamment jugés à l’aune de leur meilleur album. En l’occurrence, avec Home, je crois pouvoir dire que le groupe allemand de néo-prog a réussi à égaler, voire à dépasser l’énorme Posthumous Silence.

Arcturus: Arcturian 2

Arcturus: Arcturian

Dans le monde du métal progressif, il y a les clones de Dream Theater et il y a des groupes qui essayent de faire des choses vraiment originales. Arcturus est un groupe norvégien qui tombe dans la seconde catégorie, preuve en est Arcturian, leur dernier album en date.

Gavin Harrison: Cheating the Polygraph 0

Gavin Harrison: Cheating the Polygraph

Il y a des gens chez qui le ouate-de-phoque – WTF pour les intimes – prend des dimensions d’art majeur. Déjà que Porcupine Tree nous avait gratifié de quelques moments bien délirants, mais voici que son batteur, Gavin Harrison, se prend de faire un album intitulé Cheating the Polygraph, où il reprend des titres du groupe à la sauce jazz, façon big band.

 

Orpheus Blade: Wolf's Cry 0

Orpheus Blade: Wolf’s Cry

Quand j’ai reçu le service de presse pour l’album Wolf’s Cry, du groupe de métal progressif israélien Orpheus Blade, je me suis dit que c’était un nom qui sonnait beaucoup comme un autre groupe israélien, Orphaned Land. Vous allez rire: à l’écoute aussi. Mais pas que.

Corpo-Mente 0

Corpo-Mente

Je crois que l’album de Corpo-Mente est une double illustration que, dans le domaine de la geekerie, quelle qu’elle soit, il y a une tentation à toujours aller plus loin dans le délire. Première illustration: cet album, du groupe éponyme, mélangeant death-metal et opéra lyrique. Deuxième illustration: le fait que ce soit une chronique de Fred Bezies qui m’ait incité à l’acheter et à le chroniquer à mon tour.

Anathème: Fūjon 0

Anathème: Fūjon

Avec Fūjon de Anathème, c’est Thias qui va être content: voici un titre d’album avec un macron (c’est l’accent plat sur le u)! Ces considérations typographiques mises à part, il n’est pas le seul à trouver dans cet album de post-rock français de quoi être satisfait.

Quantum Fantay: Terragaia

Quantum Fantay: Terragaia

Le space-rock est un de ces sous-genres du rock progressif qui, à force de spécificité, commence à ne plus avoir grand-chose à dire. Du coup, le très imaginatif – quoique très imparfait – album Terragaia de Quantum Fantay apporte un bol d’air bienvenu.

Arena: The Unquiet Sky 0

Arena: The Unquiet Sky

Arena fait partie de ces groupes dont j’achète systématiquement les albums dans l’espoir que, cette fois-ci, je vais retomber sur une perle. Dans le cas de The Unquiet Sky, je suis une fois de plus un peu déçu: ce n’est pas du niveau de The Visitor, ni même de Songs from the Lion’s Cage.